Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de danielle vioux
  • Le blog de danielle vioux
  • : Extraits de textes (théâtre, nouvelles, romans, fragments,poèmes, chansons) textes brefs et chroniques, Liens avec d'autres sites d'artistes croisés sur ma route. J'attends d'autres rencontres artistiques, d'autres projets, des propositions pour créer ensemble.
  • Contact

Profil

  • danielle vioux
  • .J'écris pour le théâtre, et des romans, des nouvelles, des scénarios, de la poésie. J'ai enseigné l’anglais et le théâtre en lycée,  Membre du Grete ( théâtre / éducation) , Présidente des Eat Méditerranée 
Lectures, mises en espace ou mises en scène, stages.
  • .J'écris pour le théâtre, et des romans, des nouvelles, des scénarios, de la poésie. J'ai enseigné l’anglais et le théâtre en lycée, Membre du Grete ( théâtre / éducation) , Présidente des Eat Méditerranée Lectures, mises en espace ou mises en scène, stages.

Recherche

3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 22:30

    ( écrit pour  "Impromptus littéraires )

 

 

k0292388.jpg

 

Une histoire

 

« Si je ne rentrais pas ?... »

Charlie laissa la phrase en suspens. Il fixait la garrigue séchée à l’extérieur de l’hôtel sous le soleil de plomb. Nancy, allongée sur le lit, voyait sa haute silhouette se découper à contre-jour dans l’encadrure de la fenêtre.

Silence.

Nancy se leva, embrassa son dos dont la peau pelait un peu à cause du coup de soleil. Elle aimait ce dos, cette nuque, les courts cheveux bruns. Elle aimait la fatigue que disait ce dos un peu courbé. Elle aimait qu’il ait dit cette phrase, même si ça ne servait à rien. Elle aurait pu la prononcer aussi. Elle prit la cigarette qu’il tenait à la main et tira deux bouffées avant de la lui rendre.

Il se retourna, l’embrassa doucement, la serra dans ses bras. Une minute plus tard, ils étaient habillés.

 

Trois fins possibles

 

a)  Elle sourit . « Aucune raison de casser ce qui existe, dit elle. Nous avons le beau rôle. » Il sourit à son tour : « On s’appelle. A bientôt »

 

b) Elle le regarda droit dans les yeux. « Patience. Plus que deux ans avant ta sortie. Pense comme ce sera bien. On ne va pas tout gâcher maintenant. »

 

c) Elle brossa de la main les vêtements militaires, comme pour conjurer le sort. « Vas-y, maintenant. Cette foutue guerre finira bien un jour. »

Partager cet article

Repost 0
Published by danielle vioux - dans créations passées
commenter cet article

commentaires

Pages