Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de danielle vioux
  • Le blog de danielle vioux
  • : Extraits de textes (théâtre, nouvelles, romans, fragments,poèmes, chansons) textes brefs et chroniques, Liens avec d'autres sites d'artistes croisés sur ma route. J'attends d'autres rencontres artistiques, d'autres projets, des propositions pour créer ensemble.
  • Contact

Profil

  • danielle vioux
  • .J'écris pour le théâtre, et des romans, des nouvelles, des scénarios, de la poésie. J'ai enseigné l’anglais et le théâtre en lycée,  Membre du Grete ( théâtre / éducation) , Présidente des Eat Méditerranée 
Lectures, mises en espace ou mises en scène, stages.
  • .J'écris pour le théâtre, et des romans, des nouvelles, des scénarios, de la poésie. J'ai enseigné l’anglais et le théâtre en lycée, Membre du Grete ( théâtre / éducation) , Présidente des Eat Méditerranée Lectures, mises en espace ou mises en scène, stages.

Recherche

19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 11:29
bar-2.jpg

( texte écrit pour "Impromptus littéraires" )

 Quand je suis arrivé pour prendre mon service, ils m’ont dit que finalement j’étais off cette nuit là. Ca m’a un peu énervé qu’ils me préviennent  à la dernière minute, mais bon, à part ça le boulot est plutôt peinard dans l’ensemble.  Le jour je peux aller tranquille à la fac suivre des cours ou travailler en B.U. La nuit dans mon pavillon les vieux sont assez calmes, je ne sais pas ce qu’ils leur mettent dans la soupe mais en général quand j’arrive ils sont tous au lit et je n’ai plus qu’à aller éteindre les lumières. La nuit ils ont les couches, pas besoin de les lever. Moi j’aimerais pas  trop qu’on me lange comme un vieux bébé, mais bon… L’avantage c’est que je peux dormir aussi. Cerise sur le gâteau, la chambre minuscule qui me sert de base mes nuits de surveillance m’est attribuée à plein temps, et moi franchement, cette petite cellule à peine plus grande que le lit une place, ça me suffit. Si je veux faire la fête les nuits off, je vais squatter chez des potes. Financièrement, je me débrouille comme ça.

 

Bref ce soir là c’était un peu tard pour faire des plans,  j’étais fatigué de toute façon, j’ai décidé d’aller bouquiner tranquille dans ma chambrette puis de dormir comme un ange. Ce que j’ai fait. Et va savoir pourquoi, à une heure du mat, insomnie. Je tourne et je vire, les yeux grands ouverts, il fait chaud, on est en juillet, finalement je décide d’aller faire un tour dans le parc. Et là, qu’est ce que je vois ? Une petite silhouette très décidée qui se dirige vers la sortie. Sans doute  une infirmière qui a fini son service, je me dis. Mais ce qui est bizarre, c’est  que la petite silhouette se cache dans les buissons , et quand une voiture sort du parc et ouvre le portail avec la télécommande, la petite silhouette se glisse hors des buissons et sort comme une ombre derrière la voiture.

Alors là, je commence à être vraiment intéressé, je passe par la petite porte avec ma clé, je suis la petite silhouette qui se dirige vers le centre ville quelques rues plus loin. Bon pied bon œil, on dirait. Je reconnais la petite dame qui n’est là que depuis une semaine ou deux. Sa famille l’a placée parce que, paraît-il ,elle ne fait que des bêtises. Au passage ils ont récupéré une assez belle villa. La journée, la petite dame reste tranquille sans trop parler à qui que ce soit , d’après le personnel de jour. Un modèle de petite octogénaire qui ne cause pas de problèmes à l’institution. Ou peut-être qu’ils lui mettent des calmants dans son petit déj aussi. Mais ce soir, on dirait bien qu’elle n’a pas mangé sa soupe.

 

La voilà qui se dirige vers un café ouvert, et qui entre comme en territoire conquis. De fait, debout au comptoir où j’ai commandé une bière, je la vois qui va parler à l’un et à l’autre , les gars qui jouent au billard ont l’air morts de rire à ses vannes, les jeunes à la table du fond vont lui faire la bise tandis qu’elle commande un truc qui ressemble assez , vu de loin, à un ti’ punch. Elle a quitté sa veste, et dessous elle a une jolie robe noire assez classe et un gros collier africain. Elle se passe la main dans les cheveux comme une jeunette  et flirte outrageusement avec tout un chacun. Personne ne semble étonné ou choqué. On dirait qu’elle a fréquenté ce bar tous les soirs de sa vie et c’est peut-être vrai après tout.

 

Là, je suis carrément conquis. Je vais m’asseoir à une table et j’ai l’impression d’être au cinéma. La voilà qui danse sur une musique caliente avec deux ou trois gars un peu éméchés. Puis elle se met au piano et chante un truc jazzy avec une voix tout à fait  correcte. Et tout à coup elle se lève et marche droit vers moi tandis qu’un autre client du bar prend la suite au piano pour un blues qui déchire. « Fais moi danser, Harold, » elle me dit avec une sourire à faire fondre un glacier et sauver in extrémis le Titanic. Je regarde autour de moi, vu que je m’appelle Nicolas en fait, mais c’est bien à moi qu’elle parle. Alors je me lève et on danse un slow tous les deux. «  Mon amoureux n’est pas venu ce soir, elle me dit. C’est encore sa famille qui l’aura empêché de sortir. » Je rigole franchement et elle aussi. « Pour tout dire, elle ajoute, je commence à être un peu fatiguée et je sais que tu as la clé. A mon âge, c’est un peu difficile d’escalader les murs et les portails. »

 

Alors on rentre tous les deux tranquilles à la maison de retraite. On passe par la petite porte et je la raccompagne vers sa chambre. A un moment donné on voit mon collègue qui fait sa ronde et on se cache tous les deux dans le local aux poubelles en pouffant comme des gamins.

Après, je lui fais un gros bisou et je la borde dans son lit. « Bonne nuit, Harold, elle me dit avec bonne humeur. Il faudra qu’on remette ça. » « Je m’appelle Nicolas », je dis. Mais elle ne m’écoute pas. Elle dort déjà.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by danielle vioux - dans créations passées
commenter cet article

commentaires

Abeille 21/02/2010 20:47


juste le plaisir de danser et d'être ensemble ...


Pages