Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de danielle vioux
  • : Extraits de textes (théâtre, nouvelles, romans, fragments,poèmes, chansons) textes brefs et chroniques, Liens avec d'autres sites d'artistes croisés sur ma route. J'attends d'autres rencontres artistiques, d'autres projets, des propositions pour créer ensemble.
  • Contact

Profil

  • danielle vioux
  • .J'écris pour le théâtre, et des romans, des nouvelles, des scénarios, de la poésie. J'ai enseigné l’anglais et le théâtre en lycée,  Membre du Grete ( théâtre / éducation) , Présidente des Eat Méditerranée 
Lectures, mises en espace ou mises en scène, stages.
  • .J'écris pour le théâtre, et des romans, des nouvelles, des scénarios, de la poésie. J'ai enseigné l’anglais et le théâtre en lycée, Membre du Grete ( théâtre / éducation) , Présidente des Eat Méditerranée Lectures, mises en espace ou mises en scène, stages.

Recherche

19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 12:00

Il fallait s'inspirer de cette photo:

 


-Entrez si vous y tenez, mais taisez vous !

 

Le jeune technicien avait déjà disparu. Magda avança d’un pas hésitant dans la semi-obscurité. Plus loin dans l’immense hangar toute l’équipe de Marcel Latourrière attendait dans un silence pesant le retour du metteur en scène dans les décors gigantesques d’Hannibal le rebelle. Marcel Latourrière avait décidé de reconstituer l’ambiance des films muets. Pourtant cela n’expliquait pas ce perturbant silence. Marcel Latourrière était parti à la recherche de sa star platinée et jeune maîtresse du moment, Marjorie Stevens, et ne revenait plus. Les figurants sur-maquillés semblaient des statues. L’équipe technique était comme figée autour des caméras, des perches et des projecteurs. Un vrai château de la belle au bois dormant attendant un Prince Charmant vieillissant  pour reprendre le cours normal des choses. C’est à dire un film inutile, des images prétentieuses, un dialogue inepte, et un tyran qui hurlait pour parler, sauf à sa belle. Résigné, Frédéric Portel, le premier rôle masculin, s’était assis sur les marches du temple et somnolait vaguement, tout en jetant des coups d’œil furtifs à Magda, qui dans l’ombre, saisie par l’ambiance générale, essayait d’en voir le plus possible  en ne bougeant que les yeux. .

 

La veille , Frédéric avait appelé Magda. « Vous m’avez été recommandée. J’ai  besoin de vos services. Je ne pourrai pas vous payer très cher, je suis intermittent du spectacle si vous voyez ce que je veux dire. Mais trop, c’est trop. J’ai accepté ce film ridicule parce que je n’en pouvais plus de ne pas travailler. Mais ce type est fou. Il est persuadé que les gens vont confondre son film avec la suite du « Silence des agneaux » et venir en masse. Tout ça parce qu’il a négocié les droits des exploits de Lecter  en vain et qu’on lui a fourgué ce scénario de peplum pour une bouchée de pain. Bref, sa seule idée a été de jouer la carte du pseudo film muet  et c’est bien vrai que personne n’ose moufter devant lui, vu qu’il terrorise tout le monde. »

-Je ne vois pas en quoi je peux vous être utile, répondit Magda. Votre patron est un tyran, mais a-t-il enfreint le droit du travail ? vous avez des syndicats, non ? 

-Il est trop malin pour ça. Mais je sais qu’il a caché quelque part des papiers compromettants qui prouvent son implication dans des affaires louches . Si je les trouve….

-Apparemment vous n’avez pas besoin de moi pour obtenir des résultats dans vos recherches. Comment avez  vous appris l’existence de ces papiers ?

-Marjorie….. marmonna  Frédéric

-la maîtresse de Latourrière ?

-Oui… On a eu une vague histoire il y a sept ans, à l’école d’acteurs, et on est restés en bon termes….  Je n’approuve  pas sa liaison avec l’autre fou, mais bon, chacun sa survie. Seulement elle a repéré des choses qui l’inquiètent un peu…Et moi, du coup, je m’inquiète pour elle….

 

 

Un bruissement parcourut l’assistance quand on commença à distinguer un lourd piétinement venant  du hangar contigu où l’on stockait le reste des décors et les lourdes machines articulées récupérées d’une troupe de théâtre partie vivre des jours meilleurs dans un pays où la création artistique était encore considérée comme indispensable et précieuse. ( Magda se jurait de découvrir un jour où se trouvait cet Eldorado). Un étrange équipage d’élephants  grands comme des mammouths,  de griffons menaçants, de dragons vengeurs  et  de lions géants des montagnes  entra au son de trompettes venues on ne sait d’où . Une clameur monta de l’assistance, acteurs, figurants, techniciens. Le cortège s’arrêta net devant les caméras  et le premier lion cracha par terre des restes sanguinolents et quelques os. Hurlements. Latourrière avait il pris lui même la suite de son héros Lecter et dévoré sa maîtresse ? la jeune Marjorie avait elle assassiné son amant pour le livrer aux crocs métallique d’un automate un peu perfectionné ? Magda regarda Frédéric . Il était blême. Allons bon, il n’avait quand même pas craqué sans attendre qu’elle essaie au moins de retrouver les fameux dossiers et tué son ex et le tyran d’un coup de hache Carthaginoise?

 

Soudain, Latourrière apparut couvert de sang et hilare, riant d’un rire dément. Derrière lui trottinait Marjorie une bouteille à  la main, remplie d’un liquide rouge destiné au maquillages et effets spéciaux. « Je vous ai bien eus ! » hurlait le metteur en scène en hoquetant de rire. Vous ne comprenez rien à rien ! Vous êtes tous virés ! »

-Je ne crois pas, dit la petite voie de Marjorie. Je vous quitte mais je reste sur le film, et vous aussi, et tout le monde ici aussi. Autant aller jusqu’au bout de cette nullité  et passer ensuite à autre chose. Seulement, on va renégocier les contrats. Je pense que si on multiplie les salaires par quatre ou cinq, ça devrait aller. Ca vous laisse de la marge, vu les affaires juteuses que vous avez faites depuis des années.

Latourrière  stoppa net  et se tut. Plus de rire sur son visage dégoulinant de sang factice.

 « Vi-rés, vous êtes tous vi-rés » ,martela t il. Et je vous défie de mettre vos syndicats sur l’affaire »

«  Ca dépend, murmura Marjorie avec douceur. Ce papier vous dit quelque chose ? Il y en a d’autres, bien cachés en lieu sûr »

 

 

Le tournage se termina sans encombre, contrats renégociés. Le film attira les curieux qui avaient entendu parler de la crise de folie de Latourrière, mais ne pouvait guère prétendre à plus de reconnaissance. Cependant le nouvel état des choses avait apporté une sorte de bonne humeur sans prétention à l’histoire d’Hannibal le rebelle (que Frédéric proposa en vain de rebaptiser « Marjorie la rebelle » ) et sortant de la projection avec ses nouveaux amis, Magda se dit qu’il aurait pu être bien pire.

-Les papiers étaient dans l’un des animaux, c’est cela ? demanda-t-elle

-Lui les avait cachés dans la tête du  grand griffon, où je les ai trouvés, répondit Marjorie,  et moi, ensuite, je les ai cachés dans l’avant-dernier éléphant avant de les brûler à la fin du tournage.. Il n’a même pas imaginé que je puisse choisir une cachette aussi proche de la sienne

-La défense droite était un peu de travers, c’est vrai.

-Tu as remarqué ça ? dit Frédéric ; Bravo Sherlock !

-Non, je fais juste mon intéressante. Je n’ai pas été utile à grand chose.

Frédéric jeta un coup d’œil rapide à Marjorie, qui l’enlaça. Frédéric sourit et se retourna vers Magda :

-On ne gagne pas à tous les coups ! dit-il…..mais tu peux te rattraper en étant témoin à notre mariage ! C’est moins style que détective, mais il paraît qu’il en faut…. alors !…..

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by danielle vioux - dans créations passées
commenter cet article

commentaires

Pages