Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de danielle vioux
  • Le blog de danielle vioux
  • : Extraits de textes (théâtre, nouvelles, romans, fragments,poèmes, chansons) textes brefs et chroniques, Liens avec d'autres sites d'artistes croisés sur ma route. J'attends d'autres rencontres artistiques, d'autres projets, des propositions pour créer ensemble.
  • Contact

Profil

  • danielle vioux
  • .J'écris pour le théâtre, et des romans, des nouvelles, des scénarios, de la poésie. J'ai enseigné l’anglais et le théâtre en lycée,  Membre du Grete ( théâtre / éducation) , Présidente des Eat Méditerranée 
Lectures, mises en espace ou mises en scène, stages.
  • .J'écris pour le théâtre, et des romans, des nouvelles, des scénarios, de la poésie. J'ai enseigné l’anglais et le théâtre en lycée, Membre du Grete ( théâtre / éducation) , Présidente des Eat Méditerranée Lectures, mises en espace ou mises en scène, stages.

Recherche

5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 11:57
un scénario écrit pour "Impromptus littéraires"



 

Grande ville, extérieur jour. Large avenue. Lumière d’automne . Une manifestation  défile en chantant des slogans. Les manifestants sont déterminés mais plutôt joyeux. Peut être à cause du beau temps, et malgré la sincérité de leur protestation. Peut être du seul fait d’être ensemble. Peut-être parce qu’on est dans une ville du midi.

 

Joan est attablée à une terrasse de café. Elle écrit à la main dans un carnet noir relié. Elle paraît paisible, heureuse de ce moment au soleil. Elle regarde passer le défilé.

 

Une radio à l’intérieur du bar  passe un programme musical. Joan n’y fait pas attention jusqu’au moment où  elle se rend compte que la radio joue le morceau « Graceful ghost ».

 Le volume sonore augmente un peu. Joan sursaute et regarde le défilé différemment, comme si elle y cherchait quelque chose, et deux jeunes manifestants apparaissent au milieu du cortège, comme venus de nulle part. Ils se tiennent la main et s’embrassent. Joan se lève brusquement, paie et marche rapidement vers la manifestation pour les suivre. Mais ils ont disparu.

 

Joan défile avec le cortège mais elle est comme absente. Elle essaie de chanter les slogans, de sauter, de lever le poing, mais elle n’y parvient pas. On dirait qu’elle a fait tous ces gestes là dans le passé mais qu’elle n’y arrive plus. Peut être est-ce trop ancien. Peut-être qu’elle n’y croit plus. Un militant annonce dans le haut parleur  ou  le porte-voix

 

 

Le militant : Les deux cortèges se sont rejoints et nous défilons à présent côte à côte ! Nous sommes des milliers et nous sommes ensemble ! Nous chantons ensemble et il est devenu impossible de ne pas entendre notre voix !

 

 

Des cris et des chants fusent à nouveau, puis s’estompent, se brouillent, comme si plusieurs manifestations se mêlaient.  Des larmes coulent  sur le visage de Joan, qui continue à défiler en silence.

 

Soudain, elle les aperçoit à nouveau, à quelques mètres devant elle. Ils marchent , s’arrêtent, s’embrassent. Elle n’essaie pas de les rejoindre. Elle les regarde, de loin.

 

Les larmes s’arrêtent. Elle sort son téléphone, cherche un numéro, ne le trouve pas, ne semble pas étonnée. Elle a une idée. Elle sort de son sac un deuxième carnet, très vieux, cherche quelque chose, ne trouve pas. Expression de découragement. Elle semble essayer de se rappeler quelque chose. Elle sourit . Elle essaie  un  numéro de téléphone.

 

Joan : Allo……..C’est Joan. ……….Joan, oui. …………C’est moi. …….. Tu n’as pas changé de numéro…..Tu habites toujours au même endroit ? …..C’est incroyable que moi, je t’appelle ?

 

Elle rit, comme soulagée.

 

Joan : Oui, c’est vrai. ……. Où je suis ? A deux pas de chez toi, je t’expliquerai…….. Je suis revenue, oui………..Pour quelque temps….le travail……

 

La manifestation s’éloigne sans elle, et les jeunes fantômes avec elle.

 

 

Joan : Maintenant, là ? …. Pourquoi pas ?  Tu répètes ?……. Tu joues toujours, alors? ………. C’est bien…..Je ne vais pas déranger, au moins ?…. …….Bon, d’accord……..J’arrive dans cinq minutes.

 

Joan marche dans les rues. Elle semble pressée. Elle arrive à un immeuble. Elle sonne, on répond. Porte donnant sur une cour intérieure, et au fond, un deuxième bâtiment. Par une fenêtre ouverte au deuxième étage, on entend « Graceful ghost » La porte du bâtiment est ouverte, ainsi que celle de l’appartement. Elle entre, marche dans la direction de la musique, s’assied sur le canapé. Le violoniste ébauche un salut courtois. Le pianiste lui adresse un sourire rayonnant, qu’elle lui rend de même. La pièce est pleine de photos : photos de  concert, photos de la vie quotidienne……Une photo montre une manifestation,   dans les années soixante, soixante-dix et deux jeunes gens enlacés .  Les deux musiciens jouent la fin du morceau. Joan et William se sourient.

Dehors, il fait beau. Juste  deux petits nuages au milieu d’un ciel tout bleu. Au loin, on entend des cris et des chants.

 

 

***********************************************************************************

Partager cet article

Repost 0
Published by danielle vioux - dans créations passées
commenter cet article

commentaires

Pages