Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de danielle vioux
  • : Extraits de textes (théâtre, nouvelles, romans, fragments,poèmes, chansons) textes brefs et chroniques, Liens avec d'autres sites d'artistes croisés sur ma route. J'attends d'autres rencontres artistiques, d'autres projets, des propositions pour créer ensemble.
  • Contact

Profil

  • danielle vioux
  • .J'écris pour le théâtre, et des romans, des nouvelles, des scénarios, de la poésie. J'ai enseigné l’anglais et le théâtre en lycée,  Membre du Grete ( théâtre / éducation) , Présidente des Eat Méditerranée 
Lectures, mises en espace ou mises en scène, stages.
  • .J'écris pour le théâtre, et des romans, des nouvelles, des scénarios, de la poésie. J'ai enseigné l’anglais et le théâtre en lycée, Membre du Grete ( théâtre / éducation) , Présidente des Eat Méditerranée Lectures, mises en espace ou mises en scène, stages.

Recherche

2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 18:28

Une aventure de Magda détective


Assise dans un vieux fauteuil de cuir défraîchi, Magda regardait le vieil homme allongé inerte sur le lit, vêtu d’un costume anthracite dans lequel il flottait un peu. Elle n’éprouvait aucune tristesse, malgré l’affection qu’elle lui portait, car il avait quatre-vingt-seize ans et avait eu somme toute une bonne vie, pleine d’amis, d’amours, d’engagements divers, de musique et de bons repas partagés. Son visage pâli était paisible et même presque malicieux, comme s’il avait fait une bonne blague. Magda le regardait pensive. Il essayait de lui dire quelque chose, mais quoi ?

Quelques jours plus tôt, le vieil homme lui avait téléphoné. Il ne se sentait pas très bien et souhaitait lui confier un secret. Cela avait à voir avec la famille, apparemment, la nièce qui le gardait et son mari, ainsi qu’avec une autre nièce qui semblait attendre avec hâte sa disparition. 


Le vieux Siméon avait malheureusement enterré sa femme Claudie trente ans plus tôt et le couple n’avait pas eu d’enfants. Ses deux héritières étaient ses deux nièces, Sophie la fille de son défunt frère Albert, qui logeait chez lui avec son mari Jacques depuis huit ans afin de s’occuper de lui, et Marina, la fille de son frère Raoul, qui dépensait joyeusement l’héritage de ses parents et tentait depuis longtemps de persuader le grand-oncle de lui céder la maison en viager et de partir en maison de retraite...

 

Magda se souvenait des soirées d’autrefois avec Siméon et ses amis, des gens de tous âges , extravagants, colorés, fraternels. Avec eux elle se sentait adoptée et  protégée. Ils s’intéressaient à elle et lui parlaient comme à une adulte, alors que pour ses parents elle n’était qu’une gamine dont les opinions importaient peu. Chez Siméon, la vie était une aventure permanente. On ne savait jamais si la soirée se terminerait en jam session improvisée, en sortie nocturne pour installer du land art aux alentours de la maison, ou en collage d’affiches révolutionnaires sur les murs du centre ville . Plus tard, Magda avait continué à rendre visite au vieil homme chaque fois qu’elle revenait voir ses parents. Les amis des fêtes de jadis disparaissaient un à un, mais la maison gardait comme un écho généreux de leurs voix et de leurs rires. C’était avant que Sophie vienne s’installer chez lui, quand il était apparu évident qu’il ne pouvait plus vivre seul. Sophie et son mari étaient des gens généreux mais le mari de Sophie aimait le calme. Finies les fêtes, les amis, les amours. Heureusement, Valentin, le fils de Sophie et  Jacques, s’était mis à la musique, et jouait jeux interdits avec bonne humeur et détermination à la guitare tandis que son grand-oncle l’accompagnait d'une oreille indulgente au saxophone. Un gamin sympa, Valentin. Qu’était-il devenu ?

 

Mais voici que Magda se ressaisit. Fini les rêveries. Reprenons. Siméon est mort avant de révéler son secret. Sophie dit qu’il y a un testament qui stipule que la maison lui revient puisqu’elle s’est occupée de lui , tandis que Marina clame qu’il y a un autre testament qui lui donne la maison à elle seule, puisque Sophie et Jacques en possèdent une autre où ils vivaient avant. « Mais où est le saxophone ? » se demande Magda. Jacques veut le vendre mais Sophie dit que si Valentin le veut, ce sera un souvenir de son grand-oncle. Magda sursaute. Sophie entre, justement. « Au fait, dit-elle, je ne sais pas pourquoi mais mon oncle avait toujours dit que si vous veniez, il faudrait vous faire écouter ça » . Et elle met un CD dans le lecteur. Un frisson hérisse la peau de Magda, tandis qu’à travers la voix de la chanteuse, Siméon semble s’adresser à elle. « je vous laisse écouter », dit Sophie, et elle sort.

 

« A fleur de mots je me balance
et lance un message à la mer
mon talisman, mon jour de chance
je t’invite , entre dans la danse,
le printemps vient après l’hiver »

 

Une vieille chanson que Magda aimait écouter quand elle venait chez Siméon . Une rengaine un peu sucrée sur laquelle aimaient improviser tous ces musiciens fous qui peuplaient la maison ; « Ca ne m’avance pas beaucoup » pense Magda. « Qu’est ce que tu veux, Siméon ? Que je danse autour de ton lit de mort ? » Puis elle se reprend. Une rengaine « sucrée » ? Bien sûr ! Il s’agit de ce tour de « magie » que Siméon lui faisait autrefois. Elle cherche des yeux le bocal de sucres enveloppés de papier que Siméon a toujours récupérés dans les cafés. Il est là, sur l’étagère. Le papier de deux des sucres n’a pas été recollé. Un verre d’eau à présent. Juste pour le plaisir car Magda peut déjà lire les mots sur les morceaux. Le sucre tombe dans le verre et les mots affleurent à la surface de l’eau peu à peu. " arbre"  et "cabane" .  Valentin entre. Magda reconnaît les yeux et sourire de l’enfant sur le visage de l’adulte. « Viens, dit elle. J’ai quelque chose d’important à te montrer ». Ils sortent tous deux devant les yeux ébahis de Sophie et de Jacques. En route pour le petit bois derrière la maison, leurs mains se cherchent et se trouvent en un mouvement libre et naturel.

 

Dans la cabane en haut de l’arbre il y a un paquet et le dernier testament de Siméon qui partage sa propriété entre ses deux nièces, car, dit-il, « dans sa vie il n’a jamais pu choisir entre la cigale et la fourmi », et lègue « la boite du saxophone avec tout ce qu’il y a dedans » à son petit-neveu Valentin. Dans la boite, il y a le saxophone , mais aussi des gros rouleaux de billets comme si le grand-oncle avait dévalisé une banque avant de mourir, et un billet d’avion pour deux personnes pour Salvador da Bahia, Brésil. Valentin regarde Magda. Il dit : « Autrefois tu étais trop grande pour que j’ose … » . Elle sourit : « C’est d’accord, . Je n’ai rien de prévu pour les mois à venir. Mais la guitare?…». Il dit : « J’ai appris le saxophone aussi . Une fois qu’on a commencé…»

 

« A fleur de mots je me balance
et lance un message à la mer
mon talisman, mon jour de chance
je t’invite , entre dans la danse,
le printemps vient après l’hiver ….»

 

Dans le petit bois retentit la mélodie et c’est Magda qui chante, la voix un peu serrée à cause de l’émotion, mais assez juste, et avec la certitude que ce cadeau est à cueillir et savourer comme il le mérite, c’est à dire avec passion et folie. Là bas, dans la grande maison, sur son lit, le vieux Siméon semble toujours sourire.

Partager cet article

Repost 0
Published by danielle vioux - dans créations passées
commenter cet article

commentaires

Pages