Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de danielle vioux
  • Le blog de danielle vioux
  • : Extraits de textes (théâtre, nouvelles, romans, fragments,poèmes, chansons) textes brefs et chroniques, Liens avec d'autres sites d'artistes croisés sur ma route. J'attends d'autres rencontres artistiques, d'autres projets, des propositions pour créer ensemble.
  • Contact

Profil

  • danielle vioux
  • .J'écris pour le théâtre, et des romans, des nouvelles, des scénarios, de la poésie. J'ai enseigné l’anglais et le théâtre en lycée,  Membre du Grete ( théâtre / éducation) , Présidente des Eat Méditerranée 
Lectures, mises en espace ou mises en scène, stages.
  • .J'écris pour le théâtre, et des romans, des nouvelles, des scénarios, de la poésie. J'ai enseigné l’anglais et le théâtre en lycée, Membre du Grete ( théâtre / éducation) , Présidente des Eat Méditerranée Lectures, mises en espace ou mises en scène, stages.

Recherche

24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 11:54
     

Encore un échange (aimable et courtois) avec une maison d'édition qui demande une participation de l'auteur..... Peut-être est-ce de l'orgueil, mais j'ai quand même envie d'être choisie  "pour de vrai", c'est à dire que l'éditeur publie a son compte ce que j'ai écrit....Ca donne du poids, ça encourage.
J'ai bien conscience que nous somme si nombreux à écrire, et si j'ai envie de défendre bec et ongles mon travail, bien d'autres pourraient défendre le leur aussi énergiquement. Alors, qu'est ce qui fait la différence en ces temps de crise
d'une part   et de surabondance médiatico-technologique  d'autre part ? Le hasard? L'obstination? le "plus" qui correspond à l'air du temps ou celui de demain?
Mes textes publiés l'ont été suite à des concours, c'est à dire que l'on m'a choisie dans l'anonymat, une fois qu'il était posé que quelqu'un le serait. Mais les envois pontanés restent souvent sans la moindre réponse, parfois on a le droit à une lettre type , bon, c'est déja ça, en général elles assortissent leur refus d'un encouragement à continuer quand même. Dans les meilleurs cas, on me dit que ce que j'écrit est vraiment bien, mais ne correspond pas à la ligne éditoriale ou aux possibilités financières actuelles. C'est Byzance quand on me propose des alternatives, écrire plus ceci ou moins cela, et  qu'on me laisse quelque espoir.
Restent ces fameuses maisons d'éditions "à compte d'éditeur" ( disent-elles) qui rivalisent d'ingéniosité pour ne pas prendre le risque financier tous seuls. "Frais de maquette", achats de livres obligatoires, etc.... D'accord, les temps sont durs pour l'édition aussi, mais si je veux payer, pourquoi alors ne pas publier carrément à compte d'auteur ( souvent moins cher au bout du compte) . Certes il faudra m'occuper de la diffusion moi même, mais s'il s'agit juste de flatter mon ego ou d'avoir un objet carré à placer dans la bibliothèque entre Vian et Visniec, "ça peut le faire", comme on dit .
Alors, pourquoi cette envie d'être publiée? Parce que, malgré l'aléatoire que cela comporte, ce "choix" par des inconnus valide tout de même un travail, comme je l'ai déja dit ; parce que chacun son travail, chacun son regard ; parce que c'est le seul moyen de diffuser un texte largement, et dans le cas des pièces de théâtre, d'espérer qu'elles soient jouées, ce qui est quand même l'objectif d'un texte  dramatique!  "En attendant la fin de l'orage" est la plus jouée ( toutes proportions gardées....c'est très modeste!.) car  publiée chez Lansman, qui  fait un super travail de diffusion. D'accord, il est possible aussi que quelques troupes par ci par là  jouent mes textes au black et sans me citer...Quant aux publications "en ligne" de textes complets, j'en suis revenue, car si beaucoup vont les lire, peu déclarent les jouer.... Au delà  des droits non payés, ( le tissus des costumes est il gratuit? La location de la salle? Les lumières? L'auteur participe-t-il donc moins au projet que les autres? ) se pose, au moins autant; la question du plaisir de savoir que notre texte est joué, que des comédiens l'ont "incarné", porté, adopté. Peut-être devient on blasé quand on est beaucoup joué. Ce n'est pas mon cas. J'aime regarder des photos quand il y en a, me demander ce que les ados de ( en attendant la fin de l'orage", par exemple, ont pu ressentir en travaillant ce texte.
Bien, restons optimistes. Je vais reprendre mes "voyages de pièces" , "voyages de romans" et "voyages de poèmes"...et nous verrons bien s'ils rencontrent un écho quelque part.


Partager cet article

Repost 0
Published by danielle vioux - dans chroniques
commenter cet article

commentaires

Pages